Actualités et Mises en garde

Les investisseurs belges négocient jusqu’à cinq fois plus d’actions en bourse pendant la crise du coronavirus

Communiqué de presse
News article
27/05/2020

Durant la crise du coronavirus, le volume d’actions du Bel20 négociées par des investisseurs belges a plus que quintuplé par rapport à la période précédant la crise. Les achats d’actions ont été beaucoup plus nombreux que les ventes d’actions. Les investisseurs jeunes et occasionnels ont été nettement plus actifs pendant la période de crise. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) sur la base des données des déclarations de transactions qu’elle reçoit.

La crise du coronavirus a provoqué d’importantes fluctuations des cours de bourse. Partant de ce constat, la FSMA a effectué une étude quantitative portant sur le comportement des investisseurs privés belges. Elle a examiné si les investisseurs privés achetaient et vendaient plus ou moins d’actions du Bel20 pendant la crise. Elle a analysé si le comportement des investisseurs variait en fonction de leur âge et de la fréquence de leurs investissements.

Pour réaliser cette étude, la FSMA a utilisé les déclarations de transactions qu’elle reçoit conformément au règlement européen sur les transactions de marché. Ces déclarations comprennent toutes les transactions exécutées par des banques ou des entreprises d’investissement belges, toutes les transactions effectuées sur un marché réglementé belge et toutes les transactions portant les  instruments financiers relevant du champ de compétences de la FSMA, donc également sur les actions cotées sur Euronext Brussels. 

L’étude est basée sur un échantillon de plus de 3 millions de transactions, effectuées par près de 323 000 personnes physiques distinctes, pour une valeur négociée totale dépassant les 10 milliards d’euros. Les principales conclusions de cette étude sont énumérées ci-dessous.

  • Les achats et ventes d’actions ont fortement augmenté pendant la période de crise : entre le 24 février et le 30 avril 2020, le volume d’actions négociées a été jusqu’à cinq fois plus élevé qu’au cours de la période précédente.
  • Le nombre d’actions achetées a été beaucoup plus important que celui d’actions vendues : pendant la période de crise, les investisseurs privés ont acheté des actions du Bel20 pour un montant dépassant de plus de 634 millions d’euros celui de leurs ventes.
  • Les jeunes investisseurs (entre 18 et 35 ans) ont été nettement plus actifs pendant la période de crise : alors qu’au cours de la troisième semaine de février, ils avaient acheté au total pour 2 millions d’euros, ce montant a atteint, durant la dernière semaine de mars, les 21 millions d’euros.
  • Les investisseurs occasionnels (maximum cinq transactions au cours des deux années qui ont précédé la période de crise) ont acheté beaucoup plus d’actions du Bel20 : pendant la semaine avant la crise, ils n’avaient acheté que pour 3 millions d’euros, mais ce montant est passé, durant la deuxième semaine de mars, à 30 millions d’euros.

Les résultats complets de l’étude sont présentés dans un document publié sur le site web de la FSMA.