Actualités et Mises en garde

Offres d'investissement dans le vin : attention aux arnaques !

Mises en garde
22/05/2019

Au cours des dernières semaines, plusieurs consommateurs nous ont indiqué avoir été approchés par des sociétés leur proposant des offres d’investissement dans le vin. La FSMA met le public en garde car ces offres alléchantes sont souvent faites par des escrocs qui ont pour seul but de vous dérober votre argent.

  • Comment débute pareille arnaque ?

Les victimes indiquent, le plus souvent, avoir été approchées après avoir marqué de l’intérêt pour une publicité vantant des placements à hauts rendements parue sur les réseaux sociaux ou d’autres sites internet. Dans les jours qui suivent, les victimes sont contactées par téléphone par un démarcheur qui leur propose des offres de placement dans le vin et les invite à consulter une plateforme d’achat/vente de vins en ligne.

 « J’ai donné mes coordonnées en réaction à une publicité Facebook qui proposait d'investir dans le vin. Ensuite, cette société m'a appelée en m'expliquant que les rendements du marché du vin étaient élevés et que j'allais pouvoir faire minimum 5 % de rendement. » 

Les victimes sont parfois également contactées par téléphone, sans aucune initiative préalable de leur part. Cette technique du « cold calling » est très utilisée dans le cadre des fraudes à l’investissement.

  • Que proposent ces escrocs ?

Ces sociétés se présentent comme des « spécialistes de l’investissement dans les grands crus » et prétendent rendre ce placement accessible à tous, en proposant une plateforme en ligne d’achat et vente de grands crus.

Le principe est simple : ces sociétés vous proposent d’acquérir des bouteilles, s’engagent à ensuite les mettre en cave pour vous et enfin, à trouver de gros acheteurs, afin de dégager des plus-values importantes. Les candidats-investisseurs n’ont rien à faire, ces sociétés « s’occupent de tout » !

« XXX accompagne étroitement ses clients dans leur projet d’acquisition d’une cave de grands crus. (…) Sa mission est de déterminer le meilleur moment pour la revente d’une partie ou de la totalité de votre cave. (…)  Dès que nous constatons qu’une offre sur le marché nous permet de revendre vos vins avec une plus-value que nous jugeons optimale, nous vous contactons afin de vous proposer cette revente. Libre à vous d’accepter ou pas l’opération. »

Le principe est toutefois trop beau pour être vrai. Au final, malgré les promesses, les investisseurs ne récupèrent jamais leur argent !

« J'ai téléphoné plusieurs fois à Monsieur XXX cette semaine, la personne qui s'occupe de gérer ma cave. Il me disait que le paiement avait été effectué vendredi passé, donc il y a maintenant une semaine...Et je n'ai toujours rien... Je viens de lui renvoyer un mail. Hier et à l'instant, j'ai essayé de lui téléphoner et j'ai chaque fois le répondeur... »

  • Comment se rendre compte de l’arnaque ?

De manière générale, il est difficile de démasquer une telle arnaque à l’investissement. Pendant parfois plusieurs mois, les escrocs parviennent à maintenir l’illusion qu’il s’agit d’un investissement tout à fait légitime et très fructueux, incitant de ce fait leurs victimes à investir de nouvelles sommes.

Pour ce faire, ils n’hésitent pas à effectuer un ou plusieurs versements en votre faveur, afin de vous verser vos premiers rendements. Ils tentent ainsi de vous prouver leur sérieux. Ne vous laissez toutefois pas avoir : leur objectif est uniquement de vous convaincre d’investir de plus gros montants encore. Et lors de vos demandes de remboursement ultérieures, il n’y aura plus personne au bout du fil…

Dans certains cas, les escrocs vous demandent de payer des taxes sur les plus-values générées ou des frais de sortie avant de pouvoir encaisser vos gains. Il ne s’agit que de prétextes pour vous pousser à faire un dernier versement : dès que ces « frais » ont été payés, les escrocs disparaissent avec vos fonds et mettent fin à tout contact.

« Au début, j’ai investi de petits montants de moins de 5 000 €. Très vite, après une semaine, les rendements étaient atteints et les plus-values étaient versées sur mon compte. J’ai donc commencé à investir un montant plus important. Après moins de deux semaines, je reçois une offre d’un soi-disant investisseur chinois qui rachète mes 48 bouteilles avec une plus-value de +/-60 %. C’est alors que je demande à mon interlocuteur de me reverser mon investissement de départ et la plus-value. Monsieur XXX me dit alors qu’il faut compter entre 10 et 15 jours pour avoir l’argent sur mon compte. Après 15 jours, je recontacte Monsieur XXX et il m’informe que je dois payer la TVA tchèque pour un montant de XXX € afin de pouvoir verser le montant sur mon compte. Du grand n’importe quoi ! »

  • Comment éviter le piège ?

Afin d’éviter de telles arnaques, la FSMA vous invite à la plus grande prudence et vous conseille de rester attentif à tout indice de fraude à l’investissement. Elle formule quelques recommandations :

  • Méfiez-vous des (promesses de) gains hors de toute proportion. Lorsqu’un rendement vous semble trop beau pour être vrai, celui-ci est bien souvent irréel !
  • Vérifiez toujours l’identité de la société qui vous approche (identité sociale, pays d’établissement, etc.). Si une société n’est pas clairement identifiable, aucune confiance ne peut lui être accordée. Renseignez-vous également au sujet de la date de création du site web de la société ; si le site web de la société n’existe pas depuis longtemps, cela pourrait constituer un indice complémentaire de fraude à l’investissement.
  • Méfiez-vous si l’on vous demande de verser de l’argent vers des comptes bancaires dans des pays sans aucun rapport avec le siège social prétendu de la société qui vous approche, ni avec votre propre lieu de résidence. Méfiez-vous également si l’on vous demande de verser de l’argent vers des comptes dont le bénéficiaire ne correspond pas à votre interlocuteur.

En tout état de cause, si votre personne de contact se montre particulièrement insistante, cela constitue un indice supplémentaire de fraude.

Attention, ne vous fiez-pas, non plus, au caractère « professionnel » du site web vers lequel vous êtes renvoyé ; les escrocs font évidemment tout pour paraître le plus sérieux possible.

  • Victime, que faire ?

Si vous pensez être victime d’une arnaque, veillez à ne plus verser aucune somme supplémentaire à votre interlocuteur. Attention, cela vaut aussi et surtout si un remboursement vous est promis en échange d’un dernier versement, car il s’agit d’une technique fréquemment utilisée par les escrocs afin de tenter d’obtenir un dernier versement.

Contactez immédiatement votre police locale afin de porter plainte et signalez l’arnaque à la FSMA via le formulaire de contact pour les consommateurs.

La FSMA insiste sur l’importance de porter plainte rapidement et de bien documenter votre plainte (société concernée, comptes bancaires où vous avez envoyé l’argent, etc.).

  • Les sociétés suspectes actives au cours de ces dernières semaines

Au cours de ces dernières semaines, le FSMA a été informée du fait que les sociétés derrière les sites web suivants approchaient le public belge avec ce type d’offres :

  • www.cabinetconseildexpert.com
  • www.grandscrus-europe.com
  • www.lgc-wine.com
  • www.pfm.cabinetconseildexpert.com
  • www.place-aux-vins.com

La FSMA met en garde : ces sociétés ne disposent d’aucun agrément et ne sont pas autorisées à fournir des services d’investissement sur le territoire belge. De plus, il s’agit très vraisemblablement de fraudes à l’investissement, ce qui signifie qu’au final, les montants versés ne seront jamais restitués.

Consultez également la liste noire des sites proposant d'investir dans des biens divers (crypto-actifs, diamants, vins, etc.) publiée par l’AMF, l’autorité de contrôle française.

***

Plus que jamais, la prudence est donc de mise

Si vous avez le moindre doute au sujet du caractère régulier d’une offre de services financiers, n’hésitez pas à contacter directement la FSMA via le formulaire de contact pour les consommateurs. N’hésitez pas non plus à avertir la FSMA de toute société suspecte qui n’aurait pas déjà fait l’objet d’une mise en garde de sa part.