Actualités et Mises en garde

Un appel pour vous présenter une offre d’investissement à ne pas rater ? Ne vous faites pas avoir !

Mises en garde
03/12/2019

L’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) met le public en garde contre les activités de nouvelles « sociétés » qui approchent le public belge avec des propositions d’investissement alléchantes sans y être autorisées. Il s’agit très vraisemblablement de nouvelles « boiler rooms ».

La fraude de type « boiler room » est une forme d’arnaque qui consiste à contacter des investisseurs potentiels – en général sans y être invité et souvent par téléphone – pour leur proposer d’acheter des actions ou d’autres produits financiers qui s’avèrent fictifs ou sans valeur.

Ces « sociétés » se présentent comme des prestataires de services agréés et disposent d’un site web et de formulaires d’aspect professionnel, mais ce sont des escrocs.

En général, elles appâtent l’investisseur potentiel au moyen d’un premier investissement, d’un montant limité, qui se montre très vite rentable. Par la suite, elles le convainquent d’investir des montants toujours plus élevés. Lorsqu’un investisseur réclame son argent, cela s’avère impossible sans versements complémentaires et/ou les nouveaux investissements se révèlent subitement déficitaires. Au final, l’investisseur ne récupère jamais son argent.

La FSMA met le public en garde contre les nouvelles « sociétés » suivantes :

  • Blue Hill Capitals (pas de site web, « cloned firm » de www.bluehillscapital.com/) ;
  • Lextin Capital / Green Wire Capital (http://lextincapital.com/ - semble à présent inactif -  et www.greenwirecapital.com);
  • Morgan Cowen Capital Markets (www.morgan-cowen.com/);
  • Oita Sumitomo Corporate (www.oscinternational.com/);
  • SBAV Group (www.sbavgroup.com/);
  • Structured Strategic Capital (www.structuredstrategiccapital.com/).
  • Unique Global Investment (https://ugi.direct/ - semble à présent inactif );

 

La FSMA recommande donc de ne pas donner suite aux offres de ces sociétés et de ne pas effectuer de versement sur leur compte bancaire.

***

Plus globalement, la FSMA vous adresse les recommandations générales suivantes afin de vous prémunir, en tant qu’investisseur, contre de telles pratiques frauduleuses :

  • Vérifiez toujours l’identité de la société qui vous offre des services financiers (dénomination sociale, siège social, etc.). Si vous ne pouvez pas identifier clairement une société, aucune confiance ne peut lui être accordée. Si la société est établie en dehors de l’Union européenne, vous devez être conscient des difficultés de recours en cas de conflit.
  • Vérifiez si la société dispose d’un agrément, en consultant les listes publiées sur le site web de la FSMA – Checker votre fournisseur.
  • Consultez les mises en garde publiées sur les sites web de la FSMA, des autorités de contrôle étrangères et de l’OICV-IOSCO. Vérifiez si la société qui vous offre un service financier est mentionnée dans une mise en garde. Cherchez sur la base non seulement du nom de la ou des société(s) qui vous offre(nt) le service financier, mais également de celui de la ou des sociétés auxquelles vous devriez verser de l’argent.

Sur le site web de la FSMA, cette recherche peut être effectuée via la fonction de recherche. En outre, les « boiler rooms » à l’encontre desquelles la FSMA a publié une mise en garde se retrouvent toutes sur la liste des sociétés irrégulièrement actives sur le territoire belge, également publiée sur le site web de la FSMA.

Attention : ce n’est pas parce que la société que vous cherchez n’a pas fait l’objet d’une mise en garde que vous pouvez en déduire que celle-ci est autorisée à vous fournir des services financiers. La FSMA met tout en œuvre pour publier des mises en garde rapidement ; toutefois, il est possible qu’une société développe des activités illégales sur le territoire belge sans que la FSMA en ait connaissance. Cela s’explique notamment par le fait que les sociétés irrégulières changent régulièrement de nom.

  • Méfiez-vous du « cold calling » qui consiste à proposer des produits financiers par téléphone ou par courriel sans que l’investisseur ait préalablement demandé à être contacté. Il s’agit souvent du point de départ d’une fraude.
  • Méfiez-vous des demandes de transferts d’argent vers des pays n’ayant aucun rapport avec la société, ni avec votre État de résidence. Notez que dans les fraudes de type « boiler room », il est le plus souvent demandé de virer des fonds sur des comptes bancaires ouverts dans des banques établies en Asie.
  • Méfiez-vous des promesses de rendements faramineux. Les escrocs font souvent croire dès le départ que des bénéfices substantiels sont réalisés. Ce n’est que lorsque l'investisseur souhaite récupérer sa mise que les choses tournent mal.
  • Ne prenez pas pour argent comptant les informations données par les sociétés. Il arrive souvent qu’une société prétende disposer d’un agrément pour offrir des services financiers alors que tel n’est pas le cas. Vérifiez toujours les informations qui vous sont fournies.
  • Méfiez-vous également des « cloned firms ». Il s’agit de sociétés qui se font passer pour d’autres sociétés, régulières, alors qu’elles n’ont aucun lien avec celles-ci. Vous pourrez détecter ce type de fraude en comparant les adresses e-mails ou les coordonnées des sociétés en question.
  • Exigez de votre intermédiaire des informations claires et compréhensibles. N’investissez jamais dans un produit si vous ne comprenez pas parfaitement en quoi il consiste.
  • Soyez sur vos gardes si le remboursement des gains est subordonné à un versement supplémentaire ou au paiement d’un impôt. Ces demandes sont souvent un signe de fraude.
  • Les administrateurs et gérants de sociétés doivent être extrêmement vigilants. De nombreuses « boiler rooms » les prennent spécifiquement pour cible.

***

La prudence est donc plus que jamais de mise. Au moindre doute quant à la licéité d’une offre de services financiers, n’hésitez pas à contacter directement la FSMA via le formulaire de contact pour les consommateurs. N’hésitez pas non plus à avertir la FSMA si vous avez affaire à une société suspecte qui n’aurait pas déjà fait l’objet d’une mise en garde de sa part.