Actualités et Mises en garde

La FSMA mesure les comportements financiers en Belgique

Communiqué de presse
News article
11/03/2015

Idéalement, tout le monde devrait bénéficier d’une formation financière tout au long de sa vie. C’est une des conclusions ressortant de l‘enquête menée par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) portant sur les comportements, les attitudes et les connaissances financières en Belgique. Cette enquête relève, par ailleurs, la pertinence des actions menées par Wikifin – le programme d’éducation financière de la FSMA – qui va dès lors poursuivre dans cette voie. La collaboration avec les stakeholders de l’éducation financière sera dans ce cadre davantage développée.

Les résultats de l’enquête portant sur le niveau d’éducation financière en Belgique réalisée par la FSMA ont été dévoilés aujourd’hui à l’occasion de la deuxième conférence sur l’éducation financière, en présence de Sa Majesté la Reine. L’enquête a été menée au moyen d’un questionnaire développé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), ce qui permettra dans une phase ultérieure des comparaisons au niveau international. C’est la première fois que les comportements financiers font l’objet d’une telle enquête en Belgique. Contrairement à ce que proposent de nombreuses autres enquêtes, l’accent a ici été mis davantage sur le comportement financier (Comment traiter les questions d’argent ?) et les attitudes financières (Quel est mon ressenti à ce sujet ?) que sur les connaissances financières (Que sais-je à ce sujet ?). Investiguer sur ces trois dimensions de l’éducation financière était nécessaire afin de mieux comprendre le consommateur financier et l’aider à prendre des décisions financières éclairées. Dans le cadre de cette enquête, plus de 2.000 personnes (de plus de 18 ans) habitant en Belgique ont été interrogées par téléphone par le bureau d’enquête indépendant TNS.

Voici un échantillon des comportements, attitudes et connaissances financières mis en exergue par notre enquête.

Seule 1 personne sur 3 compare plusieurs fournisseurs lors de l’achat d’un produit financier

A l’occasion de l’achat d’un produit financier – comme par exemple, un emprunt, des actions ou des assurances – 36 % des personnes se penchent sur l’offre de plusieurs fournisseurs ; 26 % analysent uniquement les options proposées par un seul fournisseur et 37 % n’envisagent ni plusieurs fournisseurs ni plusieurs options. Des différences frappantes ressortent en fonction du profil des personnes interrogées : 42 % des personnes du groupe social le plus élevé (sur la base du niveau de formation et de la profession) envisagent plusieurs fournisseurs ; en ce qui concerne le groupe social le moins élevé, 25 % font de même, et pour les personnes de plus de 65 ans, le pourcentage est de 22 %.

6 personnes sur 10 se fixent des objectifs financiers à long terme

Plus de la moitié des personnes interrogées (61 %) indiquent établir des plans financiers à long terme et tenter de les respecter. 1 personne sur 4 (24 %) indique ne pas être bien préparée pour sa retraite. Cette constatation est de moins en moins vraie au fur et à mesure que l’âge augmente : 52 % des jeunes (18-25 ans) disent ne pas être bien préparés ; parmi les pensionnés cette proportion retombe à 15 %. De manière générale, une proportion importante de la population, au sein de chaque groupe d’âge, se dit mal préparée à la pension. Un élément marquant est que près d’1 personne sur 3 (29 %) indique compter sur les revenus de son partenaire pour assurer sa vie financière de pensionné.

Plus de 70 % des personnes ont épargné de façon active lors des 12 derniers mois. Verser de l’argent sur un compte d’épargne constitue la forme d’épargne la plus populaire (66 % des épargnants), suivie par le placement d’une somme sur un compte à vue (38 % des épargnants) et la conservation d’argent liquide dans un endroit sûr (18 %). Par contre, 18 % indiquent ne pas avoir épargné activement. Parmi les personnes de plus de 70 ans, les personnes ayant un niveau de formation moins élevé et les personnes disposant des plus faibles revenus, plus de 3 personnes sur 10 n’ont pas épargné.

La moitié des ménages établissent un budget

Si elles étaient confrontées de façon imprévue à des frais importants - équivalents à leurs revenus mensuels - 25 % des personnes interrogées indiquent qu’elles ne parviendraient pas à les payer sans emprunter ou demander de l’aide à des amis ou des membres de la famille. Il est frappant de constater que la situation financière de près de 4 personnes sur 10 (39 %) ne leur permet pas de faire certaines choses qu’elles trouvent importantes. Un budget peut constituer un instrument utile en vue d’avoir une bonne compréhension des finances du ménage. L’enquête montre que près de la moitié (47 %) des familles établissent un budget pour le ménage.

Mauvaise évaluation des connaissances financières propres

Parallèlement au comportement et aux attitudes sur le plan financier, cette enquête a également abordé dans une moindre mesure l’aspect des connaissances financières. 6 participants sur 10 (63 %) jugent leurs connaissances moyennes et 18 % les jugent (relativement) bonnes. Toutefois, il est frappant de noter qu’il y a très peu de cohérence entre l’évaluation que font les personnes de leurs propres connaissances et le score qu’elles obtiennent au questionnaire sur les connaissances. On évalue donc bien souvent mal ses propres connaissances.

Conclusion

Lorsqu’on se penche sur la corrélation entre les connaissances, le comportement et les attitudes en matière de finances, il apparaît que le fait d’obtenir un score élevé à l’une des dimensions n’entraîne pas forcément l’obtention d’un score élevé pour une autre dimension. Ainsi, les hommes obtiennent de bons scores en connaissances financières, tandis que les femmes affichent les meilleurs scores en attitudes financières. Nous pouvons donc en conclure qu’il est nécessaire que l’éducation financière se penche à la fois sur les connaissances, le comportement et les attitudes et ce pour les différentes catégories d’âges et groupes sociaux.

L’éducation financière concerne tout le monde, tout au long de sa vie. Pour les jeunes Wikifin développe actuellement des outils pédagogiques pour les enseignants déclinant les 3 dimensions de l’éducation financière, à savoir : les connaissances, les attitudes et les comportements. Outre le travail sur les connaissances ce matériel pédagogique propose des activités pratiques pour construire des attitudes et des comportements sains face à l’argent. Pour ses autres domaines de compétence, Wikifin poursuivra sur la voie déjà empruntée avec l’aide de toutes les parties prenantes dans la sphère de l’éducation financière. Ainsi, Wikifin a organisé fin 2014 des tables rondes avec plus de 40 organisations. Des workshops ont également eu lieu lors de la conférence du 11 mars 2015 avec les stakeholders concernés. Le travail sur la base des résultats de cette enquête ne fait que commencer.

La présentation des résultats de l’enquête peut être obtenue sur demande et sera disponible sur www.wikifin.be.