search_api_autocomplete
Home

Contacté par une banque pour une opportunité d’épargne alléchante ? Attention aux usurpations d’identité !

Mise en garde

La FSMA a récemment reçu plusieurs signalements de consommateurs ayant été approchés par des sociétés usurpant le nom de certaines banques pour leur proposer des offres d’épargne avec des rendements extrêmement élevés. Derrière ces offres alléchantes se cachent cependant des escrocs qui ont pour seul but de vous dérober votre épargne.

Le principe reste toujours le même : les victimes sont contactées par téléphone ou par e-mail, sans démarche préalable de leur part ou après avoir laissé leurs coordonnées sur un formulaire de contact en ligne. On leur propose une offre d’épargne, en leur faisant miroiter des intérêts plus hauts que ceux du marché et, le plus souvent, en leur garantissant leur capital. Le résultat est toutefois toujours le même : au final, les victimes ne récupèrent jamais les fonds versés.

Récemment, la FSMA a observé que les fraudeurs utilisaient sans autorisation les noms de plusieurs banques afin de tromper les consommateurs. La FSMA a reçu des signalements concernant des fraudeurs se présentant sous les noms suivants :

  • Lloyds Bank, à l’aide d’adresses e-mail se terminant par « @lbcmarkets.info », « @lbpsecure.com » et « @lseclient.com » ;
  • Revolut-Trade, à l’aide d’adresses e-mail se terminant par « @revolut-trade.com » ;
  • Barclays Bank, à l’aide d’adresses e-mail se terminant par « @bb-client.info ».

Les fraudeurs pourraient également usurper les noms d’autres institutions financières.

Les fraudeurs redirigent les consommateurs qui donnent suite à cette proposition vers une plateforme en ligne où ils peuvent suivre l’évolution de leur placement. La FSMA a notamment reçu des signalements concernant un tel site web, qui usurpe quant à lui le nom et le logo de la Bourse de Londres (London Stock Exchange) : www.lse-client.com / www.lse-asset.com.

Comment débute l’arnaque ?

Les escrocs peuvent vous atteindre de différentes façons.

Vous pouvez être approché après avoir marqué de l’intérêt pour une publicité vantant des intérêts élevés parue sur les réseaux sociaux ou d’autres sites internet. Ces publicités vous proposeront souvent de « vérifier votre éligibilité » pour pouvoir investir. Dans les jours qui suivent, vous recevrez alors l’appel d’un démarcheur téléphonique qui vous proposera ses offres de placement. Pour plus d’informations, consultez nos mises en garde du 30 septembre 2019 et du 3 décembre 2020.

Vous pouvez également être contacté par téléphone (ou par e-mail) sans aucune initiative préalable de votre part. Cette technique du « cold calling » est très utilisée dans le cadre des fraudes à l’investissement.

Que vous propose-t-on ?

Une fois le premier contact établi, les fraudeurs vous enverront le plus souvent une proposition par e-mail, accompagnée d’appels téléphoniques fréquents.

Cet e-mail à l’aspect très professionnel résumera une proposition d’investissement à haut rendement, détaillée dans un contrat de plusieurs pages qui porte souvent le nom de « Convention d’épargne » ou « livret actif ».

À titre d’exemple, ces e-mails se présentent fréquemment sous la forme suivante :

  

Le refrain est toujours le même : on vous attire avec des promesses de rendements bien supérieurs à ceux offerts par les comptes d’épargne classiques.

Comment éviter le piège ?

La FSMA vous invite à suivre les recommandations suivantes afin d’éviter les arnaques :

  • Faites le test sur le site web de la FSMA pour savoir si l’offre qui vous est faite est une arnaque.
  • Méfiez-vous des (promesses de) gains hors de toute proportion. Lorsqu’un rendement vous semble trop beau pour être vrai, celui-ci est bien souvent irréel !
  • Ne prenez pas pour argent comptant les informations données par les sociétés. Il arrive souvent qu’une société prétende disposer d’un agrément pour offrir des services financiers alors que tel n’est pas le cas. Veillez à toujours vérifier l’information (dénomination sociale, siège social, etc.) qui vous est fournie. Si la société est établie en dehors de l’Union européenne, vous devez être conscient des difficultés de recours en cas d’éventuel conflit.
  • Vérifiez si la société dispose d’un agrément, en consultant les listes publiées sur le site web de la FSMA – Vérifiez votre fournisseur et méfiez-vous également des « cloned firms ». Il s’agit de sociétés qui se font passer pour d’autres sociétés, régulières, alors qu’elles n’ont aucun lien avec celles-ci. L’examen des adresses e-mails ou des données de contact des sociétés en question peut se révéler utile pour détecter ce type de fraude.
  • Consultez les mises en garde publiées sur les sites internet de la FSMA, des autorités de contrôle étrangères et de l’OICV-IOSCO. Vérifiez si la société qui vous offre un service financier est mentionnée dans une mise en garde. Cherchez non seulement sur la base du nom de la / des société(s) qui vous offre(nt) le service financier, mais également des sociétés auxquelles vous devriez verser de l’argent.

Sur le site web de la FSMA, cette recherche peut notamment être effectuée via la fonction de recherche. En outre, les « sociétés » à l’encontre desquelles la FSMA a publié une mise en garde se retrouvent toutes sur la liste des sociétés irrégulièrement actives sur le territoire belge.

Attention : si la société que vous cherchez n’a pas fait l’objet d’une mise en garde, vous ne pouvez pas en déduire que celle-ci est autorisée à vous fournir des services financiers. La FSMA met tout en œuvre pour publier des mises en garde rapidement ; toutefois, il est possible qu’une société développe des activités illégales sur le territoire belge sans que la FSMA en ait connaissance. Ces sociétés irrégulières changent en outre régulièrement de nom. 

  • Méfiez-vous des appels téléphoniques/e-mails non sollicités (« cold calling »), soit sans qu’aucune demande préalable de l’investisseur n’ait été entreprise. Ceux-ci sont souvent à l’origine de fraudes.
  • Méfiez-vous des demandes de transfert d’argent vers des pays sans aucun rapport avec la société, ni avec l’Etat de résidence de l’investisseur.
  • N’investissez jamais si vous ne comprenez pas parfaitement ce qui vous est proposé.
  • Soyez d’autant plus suspicieux si le remboursement des gains est subordonné à un versement supplémentaire et/ou au paiement d’un impôt. Ces réclamations sont souvent le signe d’une fraude.

Si vous avez le moindre doute au sujet du caractère régulier d’une offre de services financiers, n’hésitez pas à contacter directement la FSMA via le formulaire de contact pour les consommateurs. N’hésitez pas non plus à avertir la FSMA de toute société suspecte qui n’aurait pas déjà fait l’objet d’une mise en garde de sa part.

Je suis victime, que dois-je faire ?

Si vous pensez être victime d’une arnaque, veillez à ne plus verser aucune somme supplémentaire à votre interlocuteur. Attention, cela vaut aussi et surtout si un remboursement vous est promis en échange d’un dernier versement, car il s’agit d’une technique fréquemment utilisée par les escrocs afin de tenter d’obtenir un dernier versement.

Contactez immédiatement votre police locale afin de porter plainte et signalez l’arnaque à la FSMA via le formulaire de contact pour les consommateurs.

La FSMA insiste sur l’importance de porter plainte rapidement et de bien documenter votre plainte (société concernée, comptes bancaires où vous avez envoyé l’argent, etc.).