Consommateurs

La fraude de type « boiler room » est une forme de fraude qui consiste à contacter des investisseurs potentiels – en général sans y être invité et souvent par téléphone – pour leur proposer une opération fantastique qui va rapporter beaucoup d’argent.

Les escrocs n’hésitent pas à soumettre le consommateur à une très forte pression, le poussant à verser toujours plus d’argent (d’où l’appellation anglaise de boiler room). En réalité, les consommateurs se retrouvent avec des actions fictives ou des produits financiers qui n’ont aucune valeur. Les escrocs disparaissent quant à eux avec l’argent, et les consommateurs ne récupèrent jamais les montants investis.

Soyez vigilant, les escrocs agissent de façon très rusée. Ils se présentent comme des fournisseurs agréés. Ils disposent d’un site web d’apparence professionnelle. Ils font en sorte que le premier investissement s’avère toujours rentable. De cette façon, ils parviennent à gagner la confiance des consommateurs. Dès que ces derniers sont disposés à investir des montants plus importants, le scénario prend une autre tournure. Les nouveaux investissements sont déficitaires. Lorsque les consommateurs souhaitent récupérer leur argent, cela s’avère impossible !

Un doute sur le caractère frauduleux de l’offre qui vous est faite ?

Vous êtes victime d’une fraude à l’investissement et vous ne savez pas quoi faire ?

Prenez directement contact avec la FSMA.

Ne tombez pas dans le panneau, suivez nos conseils !
 

  • Vérifiez toujours l’identité de votre interlocuteur (avez-vous vérifié son nom, son siège social, son pays d’établissement, ses coordonnées de contact et s’il dispose d’une autorisation spécifique pour proposer ce type d’offre ?).

    Si vous ne pouvez pas identifier clairement votre interlocuteur, aucune confiance ne peut lui être accordée. S’il est établi en dehors de l’Union européenne, vous devez être conscient des difficultés de recours en cas d’éventuel conflit.
  • Méfiez-vous également des « cloned firms ».

    Il s’agit de sociétés qui se font passer pour d’autres sociétés, régulières, alors qu’elles n’ont aucun lien avec celles-ci. L’examen des adresses e-mail ou des données de contact des sociétés en question permet de détecter ce type de fraude.
  • Méfiez-vous du « cold calling ».

    Vous êtes contacté par téléphone ou par e-mail pour vous faire une offre financière sans que vous ayez au préalable demandé à l’être. Il s’agit là souvent de la première étape d’une fraude.
  • Méfiez-vous si votre interlocuteur vous demande de transférer de l’argent vers un compte bancaire ouvert dans un pays différent de celui où est situé son siège social.

    Dans le cadre des fraudes de type « boiler room », il est souvent demandé de transférer des fonds vers des comptes bancaires ouverts auprès de banques établies en Asie.
  • Exigez toujours de votre interlocuteur des informations claires et compréhensibles et restez critique par rapport à ces informations.

    N’investissez jamais si vous ne comprenez pas parfaitement ce qui vous est proposé. Veillez à toujours vérifier l’information qui vous est fournie.
  • Soyez d’autant plus suspicieux si le versement de gains est subordonné à un versement supplémentaire et/ou au paiement d’un impôt.

    Ces demandes sont souvent le signe d’une fraude.
  • Les administrateurs et gérants de sociétés doivent être extrêmement vigilants. De nombreuses boiler rooms visent spécifiquement ce groupe cible.

  • Enfin, méfiez-vous des (promesses de) gains hors de toute proportion.

    Lorsqu’un rendement vous semble trop beau pour être vrai, celui-ci est en effet bien souvent irréel.