Consommateurs

L’usurpation d’identité ou le « cloning » est une forme de fraude dans le cadre de laquelle, les escrocs usurpent l’identité d’une société autorisée afin de faire croire aux consommateurs qu’ils sont en droit de leur offrir des crédits ou des produits/services d’investissement, alors que ce n’est pas le cas.

À cette fin, les escrocs utilisent frauduleusement les noms ainsi que d’autres informations légales de prestataires régulés et renvoient par exemple les consommateurs sur le site web officiel de la FSMA pour tenter de convaincre qu’ils sont bien autorisés. Les consommateurs sont ainsi trompés, pensant avoir affaire à un acteur régulé, alors que l’identité de ce dernier est tout simplement usurpée.

Cette technique de fraude a été particulièrement rencontrée dans le cadre des fraudes aux cryptomonnaies (et avant celles-ci, des fraudes aux diamants d’investissement et des fraudes dans le secteur des options binaires). Elle est aujourd’hui largement utilisée dans toutes les formes de fraudes (à savoir, tant dans les offres de faux crédits que dans les offres frauduleuses de produits/services d’investissement).

Un doute sur le caractère frauduleux de l’offre qui vous est faite ?

Vous êtes victime d’une fraude à l’investissement ou au crédit et vous ne savez pas quoi faire ?

Prenez directement contact avec la FSMA.

Ne tombez pas dans le panneau, suivez nos conseils !
 

  • Vérifiez toujours l’identité de votre interlocuteur (avez-vous vérifié son nom, son siège social, son pays d’établissement, ses coordonnées de contact et s’il dispose d’une autorisation spécifique pour proposer ce type d’offre ?).

    Si vous ne pouvez pas identifier clairement votre interlocuteur, aucune confiance ne peut lui être accordée. S’il est établi en dehors de l’Union européenne, vous devez être conscient des difficultés de recours en cas d’éventuel conflit.
  • Vérifiez que les coordonnées de contact reprises sur le site de la FSMA concernant cette société et celles notées sur le site web de la société sont bien les mêmes.

    Attention ! Il est fréquent que les escrocs usurpent également l’adresse postale de la société agréée. Le fait que la bonne adresse postale soit utilisée par votre interlocuteur n’est donc pas suffisant pour vous assurer de son identité !
  • Utilisez des moteurs de recherche en ligne pour vous assurer qu’il n’existe pas un autre site web au nom de la société autorisée.

    Attention ! Il est fréquent que les escrocs utilisent une adresse internet très proche de celle du site officiel de la société dont ils usurpent l’identité en ajoutant par exemple un tiret dans l’adresse ou en utilisant une autre extension (« .com » à la place de « .be » par exemple).
  • Confrontez les informations officielles avec les faits.

    Par exemple, si votre interlocuteur prétend représenter une société établie en Belgique, mais vous contacte avec un numéro de téléphone étranger, cela doit vous alerter. De la même façon, vous devez être méfiant si le site web de la société est uniquement en langue française ou néerlandaise alors que la société prétend être établie dans un pays étranger, dont la langue officielle est différente.
  • Utilisez des outils en ligne permettant de vérifier la date de création du site web exploité par vos interlocuteurs.

    Si le site web est très récent, il s’agit d’un indice important permettant de douter de la fiabilité de celui-ci.
  • Enfin, méfiez-vous des (promesses de) gains hors de toute proportion.

    Lorsqu’un rendement vous semble trop beau pour être vrai, celui-ci est en effet bien souvent irréel.