Consommateurs

Dans le cadre de la fraude au crédit, de prétendus prêteurs attirent le consommateur au moyen de publicités vantant des crédits à des conditions particulièrement avantageuses.

La procédure pour demander un tel crédit est extrêmement simple : le consommateur doit uniquement verser au préalable un montant déterminé. Ce montant est – soi-disant – nécessaire pour couvrir certains frais. Les escrocs font référence à des frais de dossier, des frais de légalisation, des frais administratifs ou encore des frais en vue du paiement d’une assurance contre le défaut de paiement.

Dès que le consommateur a versé le montant demandé, le faux prêteur disparaît et la victime ne parvient plus à récupérer son argent.


 

Un doute sur le caractère frauduleux de l’offre qui vous est faite ?

Vous êtes victime d’une fraude au crédit et vous ne savez pas quoi faire ?

Prenez directement contact avec la FSMA.

Ne tombez pas dans le panneau, suivez nos conseils !
 

  • Vérifiez toujours l’identité de votre interlocuteur (avez-vous vérifié son nom, son siège social, son pays d’établissement, ses coordonnées de contact et s’il dispose d’une autorisation spécifique pour proposer ce type d’offre ?).

    Si vous ne pouvez pas identifier clairement votre interlocuteur, aucune confiance ne peut lui être accordée. S’il est établi en dehors de l’Union européenne, vous devez être conscient des difficultés de recours en cas d’éventuel conflit.
  • Méfiez-vous également des « cloned firms ».

    Il s’agit de sociétés qui se font passer pour d’autres sociétés, régulières, alors qu’elles n’ont aucun lien avec celles-ci. Il s’agit bien souvent d’une usurpation d’identité. L’examen des adresses e-mail ou des données de contact des sociétés en question permet de détecter ce type de fraude.
  • Méfiez-vous lorsqu’un crédit vous est proposé par internet ou au travers des médias sociaux sans que vous l’ayez demandé.

  • Méfiez-vous si votre interlocuteur utilise une adresse électronique se terminant notamment par @hotmail.com, @gmail.com et @outlook.com.

    En effet, les prêteurs agréés utilisent en principe une adresse électronique professionnelle.
  • Méfiez-vous des propositions de crédit à des conditions particulièrement avantageuses (montant très élevé au regard de la situation financière du consommateur, taux d’intérêt extrêmement faible, durée de remboursement exceptionnellement longue, etc.), surtout si des prêteurs agréés n’accorderaient généralement pas de tels crédits à de telles conditions.

  • Méfiez-vous lorsque le prêteur subordonne l’octroi du crédit au paiement d’une somme d’argent destinée à couvrir certains frais.

    Diverses raisons seront invoquées pour justifier ce versement préalable : votre interlocuteur vous expliquera qu’il s’agit d’une prime d’assurance couvrant le prêteur contre le risque de non-remboursement du prêt, de frais de dossier, de frais d’authentification, de frais administratifs, etc. Ces frais sont purement fictifs. Une fois le montant versé, le « prêteur » disparaît et la victime ne parvient plus à récupérer son argent.
  • Méfiez-vous si votre interlocuteur vous demande de payer le montant indiqué via ce que l’on appelle un « mandat cash », un transfert international d’argent comptant.

    Avec cette méthode de paiement, il n’est pas possible de tracer la personne qui a perçu l’argent. Les escrocs peuvent ainsi agir impunément.